En 2009, Sarkozy voulait « déréglementer » pour « construire en zones inondables »

Publié le par Section du Parti Communiste d'Epernay

Xynthia. Nicolas Sarkozy n'en démord pas, il veut « comprendre ce qui s'est passé ». La réponse tient peut-être dans certains de ses discours, dans lesquels il appelait à "déréglementer" pour permettre de "rendre constructibles les zones inondables". "Il faut que l'on redevienne un pays où l'on favorise la prise de risques", déclarait-il aussi en 2008...




Lundi 1er mars, Nicolas Sarkozy a lancé une mission « pour comprendre ce qui s'est passé ». « Il faut qu'on s'interroge pour savoir comment en France, au 21ème siècle, des familles peuvent être surprises dans leur sommeil, mourir noyées dans leur maison [...] On ne peut pas transiger avec la sécurité. De mon point de vue, la sécurité est prioritaire ». Bien envoyé !

« Rendre constructibles les zones inondables »

Pourtant, le 29 avril dernier, le président de la République tenait un tout autre discours, à l'occasion de l'inauguration de l'exposition sur le Grand Paris : « Quel est le problème ? C'est la réglementation. Il faut libérer l'offre. Pour le coup, il faut déréglementer. Il faut élever les coefficients d'occupation des sols [...] Il faut rendre constructibles les zones inondables, mais par des bâtiments adaptés à l'environnement et au risque. Il faut utiliser les interstices, les délaissés d'infrastructure, il faut changer nos procédures, il faut changer notre façon d'appliquer le droit. Allez, pour être plus clair, parce que j'ai conscience de ne pas l'être assez, il faut changer notre façon de concevoir les choses, sortir du respect passif d'une réglementation de plus en plus pesante ».

Favoriser « la prise de risques et la prise d'initiatives »

Le Grand Paris n'est pas la côté Atlantique. Certes. Mais une inondation peut être mortelle en bord de mer, comme à Paris ou dans les Alpes. C'est le principe. Et Sarkozy en a d'ailleurs aussi balancé, sur la loi littoral. En janvier 2008, à l'occasion de la remise du rapport Attali, notamment : « Je suis pour la loi littoral. Que personne ne titre que je suis contre. Mais, en même temps, il faut que l'on redevienne un pays où l'on favorise la prise de risques et la prise d'initiatives » a-t-il déclaré.

Et c'est bien cette idéologie de "prise de risques et de prise d'initiatives" qui a amené près de 6000 maires à rendre constructibles des zones inondables. Résultat : Début 2009, une étude de l'Insee et du Service de l'observation et des statistiques révélait que, entre 1999 et 2007, le nombre de logements construits a augmenté plus fortement en zones inondables qu'en dehors : 5 à 6 millions de personnes résideraient aujourd'hui dans ces espaces.

Et l'on s'étonnera ensuite que des zones inondables soient... inondées ?

BSarkozy zones inondables
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article