Agir pour que les collectivités locales exercent leurs responsabilités

 Pour une réforme de la fiscalité

 

Les collectivités locales doivent faire face à des charges de plus en plus importantes dans le même temps que l’État leur délègue des responsabilités croissantes par l’intermédiaire des transferts des compétences .

 

Plus de 70% des investissements publics sont réalisés par celles-ci alors que la demande sociale se fait de plus en plus pressante et que leurs recettes tendent proportionnellement à se réduire.

 

La réforme que nous proposons doit permettre de dégager des moyens supplémentaires pour les collectivités territoriales en fiscalisant davantage l’argent de la sphère financière, les produits de la spéculation financière, les actifs financiers afin de les mettre à disposition des collectivités territoriales par l’intermédiaire d’un fonds de péréquation national qui aurait notamment pour vocation de réduire les inégalités des territoires.

 

Élus des villes et des villages, nous entendons mener jusqu’à son terme, avec la population, cette action pour la réforme de la fiscalité et pour que les collectivités territoriales aient les moyens de leurs responsabilités et de leur politique.

 

 Pour une organisation solidaire du village ou de la ville

 

Lieu de vie, lieu de proximité, le quartier et la commune représentent la cellule de base du lien social et de la vie démocratique. Alors que notre société , sous l’effet des exigences du capitalisme libéral provoque le repliement sur soi, l’individualisme et l’égoïsme, nous voulons au contraire promouvoir une démarche de recherche de solutions collectives aux problèmes posés, que ce soit au niveau de l’emploi et des conditions économiques, à celui de la vie sociale dans les quartiers, à celui de l’organisation des services publics, de la définition de la carte scolaire, de la mixité sociale ou encore de la recherche du besoin à vivre en sécurité.

 

Outre notre volonté à renforcer les pratiques démocratiques, à consulter, à informer la population, à rendre régulièrement compte des actions engagées, nous souhaitons promouvoir une démarche locale de concertation, de dialogue, de participation active à la vie de la cité en n’ hésitant pas à sortir des sentiers battus et à mettre en exergue le besoin de chacun à être considéré et respecté.

 

Cette soif d’épanouissement, de responsabilité, de respect est exprimée plus particulièrement par la jeunesse. Y répondre, c’est travailler au devenir solidaire des collectivités.

 

 Pour une autre conception des réponses aux besoins

 

Oui les besoins sont énormes pour développer et promouvoir les potentialités des hommes et des femmes de notre pays. Nous militons pour l’émancipation et l’épanouissement de tout un chacun.

 

Nous ne pouvons nous résoudre à constater la progression de l’illettrisme, l’inégalité d’accès à la santé, au savoir, à la culture et au sport, l’inégalité à la promotion sociale. Là encore nous considérons que la commune constitue le niveau adéquat pour promouvoir cette égalité, pour créer les meilleures conditions d’accès à l’éducation. Partisans d’un grand service public de l’Éducation nationale, nous agirons pour que les collectivités territoriales soient considérées comme de véritables partenaires de l’enseignement, a fin que soient concrètement créées les conditions de l’épanouissement éducatif et culturel des enfants quelles que soient leurs origines sociales.

 

Même chose dans le domaine de la santé où nous agirons pour le renforcement sur tout le territoire de l’accès à la médecine et aux soins, pour le maintien et le développement des établissements sanitaires publics de proximité, la création de centres de santé municipaux et le développement de politiques locales de prévention sanitaire.

 

Les politiques de l’enfance et de la petite enfance constituent également pour nous des priorités en ce sens que nous souhaitons développer les structures d’accueil et placer l’enfant au centre d’une politique nationale et locale.

 

 Pour une intercommunalité solidaire

 

L’ intercommunalité constitue un moyen de mise en commun des potentialités communales pour mieux répondre à un besoin identifié. Celle-ci ne peut en aucun cas s’inscrire dans l’actuelle démarche de dessaisissement des communes de leurs prérogatives et de perte de leur autonomie financière.

 

L’intercommunalité, coopération intercommunale à fiscalité propre, doit être un projet partagé, non imposé et démocratique. Elle doit être recentrée sur les activités véritablement communautaires et doit être de la seule responsabilité des élus et des citoyens.

 

Nous voulons travailler à une intercommunalité efficace. Les structures intercommunales existantes, communautés de communes, communautés d’agglomération, communautés urbaines, doivent inscrire leur démarche et leurs actions dans la recherche d ’un développement solidaire des territoires afin d’arriver à un équilibre avec les autres collectivités permettant une réponse cohérente et complémentaire aux besoins recensés.

 

Nous revendiquons toute notre place dans les conseils intercommunaux, cela, tant au niveau des communautés de communes que des communautés d’agglomération. Notre action au sein de ces structures institutionnelles aura pour objectif de permettre à chaque citoyen de posséder toutes les informations nécessaires à sa prise de parole, à son action et son inte rvention sur chacun des domaines relatifs aux compétences de celles-ci. Ces communautés doivent être soumises aux mêmes règles de fonctionnement, de débats, d’information et de transparence que les conseils municipaux. Le mode de désignation des conseillers communautaires doit correspondre à l’expression du choix des citoyens.

 

Les notions de territoires, de bassins de vie doivent être prises en compte. Chaque territoire possède des atouts à valoriser, notamment en matière de mise en place de politiques environnementales pour promouvoir des énergies renouvelables de type éolien ou thermique par l’utilisation de ressources, de reliefs ou de structures existants.

 

 Pour le développement écologique et solidaire

 

Le devenir de la planète et la préservation de l’espèce sont aujourd’hui parmi les premières préoccupations des habitants. Nous sommes des écologistes à part entière et nous nous engageons à développer partout une citoyenneté capable de relever les défis du devenir de la planète. Cela suppose la modification des politiques publiques et des comportements individuels depuis le local jusqu ’au national, le continental et le planétaire (promotion des biens publics, maîtrise publique de l’énergie, développement des transports en commun, du transport fluvial et ferroviaire, haute qualité environnementale, agriculture écologique et raisonnée, lutte contre l’étalement urbain, généralisation des bilans carbone, promotion de l’efficacité énergétique, gestion de l’eau et des déchets … )

 
Nous souhaitons que les habitants, leurs associations, les acteurs du territoire soient associés à l’élaboration de plans régionaux et départementaux.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :