Déclaration du syndicat CGT des territoriaux d'Epernay


Les électeurs jugeront le bilan du maire et de son équipe.

S'il est un domaine où l'action de la mairie est désastreuse, c'est la gestion de son propre personnel.

Le dialogue, le respect des institutions représentatives du personnel et des organisations syndicales, le maire ne connaît pas.

La population se doit de savoir ce qui se passe à l'hotel de ville.

Nous avons plusieurs exemples.

Comme dans chaque entreprise, le rôle du CHS (Comité d'Hygiène, de Sécurité et des conditions de travail) est de prévenir les accidents du travail. Il doit se réunir au moins 2 fois par an, il ne s'est réunit que 5 fois au lieu de 14 durant le mandat, sans aucun rapport sur les accidents de travail.

Concernant le reclassement des agents handicapés suite à un accident, les efforts de la mairie sont inexistants, malgré ses obligations légales.

Des exemples parmi tant d'autres, pour preuve :

  • Un agent est en arrêt maladie pour dépression due aux conditions de travail qui lui sont imposées, un expert conseille de le mettre sur un autre poste afin d'éviter une aggravation de la détérioration de sa santé. Par lettre du 10 juillet 2007 par l'intermédiaire du DIrecteur Générale, la ville ne tient pas compte de ce conseil et demande à l'agent " de bien vouloir reprendre ses fonctions à l'affectation actuelle ".

  •   Depuis plusieurs mois, un agent handicapé suite à un accident de travail doit être reclassé sur un poste adapté, la ville n'a rien fait dans ce sens.
Par l'intermiédiaire du Directeur Général, la ville demande à l'agent de se mettre en maladie, celui-ci au bour de 3 mois se retrouve en demi traitement et toujours par l'intermédiaire du Directeur Général, la ville dit " Je tiens à vous informer que vous pouvez demander à la Collectivité d'enclencher une procédure de mise en invalidité conduisant au bénéfice d'une pension de la CNRACL ".

  • Un agent handicapé suite à un accident de travail et devant être reclassé sur un poste adapté, la municipalité lui dit d'aller voir son médecin traitant pour le mettre en maladie ordinaire, l'agent refuse, le Directeur Général fait le 21 septembre 2006 un arrêté le plaçant en maladie ordinaire à plain traitement, puis le 20 décembre 2006, en congé rémunéré à plein traitement jusqu'à sa mise en retraite pour invalidité.
La demande de retraite pour invalidité étant rejetée, la ville a reclassé l'agent sur un poste non adapté à son handicap avec en prime, des harcèlements de la part de son responsable de service avec comme objectif la démission de l'agent.

  • Un agent handicapé suite à un accident de travail et devant être reclassé lui aussi sur un poste adapté, la ville ne tenant pas compte de son handicap le maintient sur un poste de travail avec comme argument " n'étant pas estropié vous pouvez marcher ". Dù à son handicap et n'étant pas reclassé sur un poste adapté, l'agent a un deuxième accident de travail qui l'handicape une deuxième fois.
La Ville d'Epernay, se refuse à faire fonctionner le CHS comme il se doit.

Pour lutter contre les accidents de travail, le maire à trouvé une solution. Il a mis en place des régimes indemnitaires (complément de rémunération), il prend en compte les accidents du travail comme absentéisme pour l'attribution de ceux-ci.

Le syndicat CGT des Territoriaux d'Epernay examine les possibilités de recours face à de tels agissements et appelle la population à être solidaire et vigilante dans ses choix à venir.

Epernay, le 14 janvier 2008
Les Elu(e)s CGT


SYNDICAT CGT DES TERRITORIAUX D'EPERNAY
FEDERATION GENERALE DES PERSONNELS ACTIFS ET RETRAITES DES SERVICES PUBLICS
Local sybdical Hôtel de ville - 51200 EPERNAY
03-26-55-32-06 / 03-26-54-43-86
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :