Les collectivités locales un outil de la démocratie pour le progrès

Parce qu’elles constituent un lieu de vie où se côtoient et trava illent des hommes et des femmes dans toute leur diversité, de toutes situations sociales dont certaines sont fortement dégradées, parce qu’elles sont synonymes de proximité, de lien social, de solidarité, de convivialité, de voisinage et qu’elles représentent un élément d’identification fort qui contribue à l’harmonisation des rapports sociaux, nous avons une grande ambition pour les collectivités locales.

En raison de l’accroissement des besoins individuels et collectifs de la population, et de la fonction d ’ élément constitutif de la politique du capitalisme mondialisé que veulent leur donner le président de la République et son gouvernement, le rôle des collectivités locales ne cesse de grandir, leur domaine d’intervention ne cesse de s’élargir, de nombreux domaines naguère réservés au pouvoir central ont été décentralisés ou sont en voie de décentralisation. L’ intercommunalité occupe désormais un espace de plus en plus conséquent et les politiques contractuel les ne cessent de renforcer les liens qui existent entre les communes, les départements et les régions.

 

De ce fait, l’un des enjeux majeurs auquel notre pays est confronté, consiste en l’organisation de la ville, en son développement, en la conception que nous nous faisons de celle-ci dans son rapport avec les territoires.

 

Les élus communistes et républicains veulent prendre cette question à bras- le- corps car la ville, c’est le ca dre du vivre ensemble. Nous proposons d’agir avec les habitants, les salariés et plus largement avec tous les acteurs potentiels afin de garantir le droit pour tous à construire et s’approprier la ville. Pour ce faire, nous avons la volonté de mieux prendre en compte la multiplicité des usagers de la ville dans une vision politique plus transve rsale.

 

Les enjeux européens et mondiaux, les coopérations décentralisées et les initiatives qui souvent s’engagent avec les populations migrantes installées dans les communes sont partie intégrante des collectivités  ; l’Union européenne notamment dont les décisions politiques et les directives pèsent de plus en plus en terme de contraintes sur les choix et les décisions des collectivités locales.

 

De plus en plus de villes ont atteint le statut de « ville monde » où se côtoient des ressortissants de tous les continents de la planète. Cette réalité ainsi que les moyens de communication modernes, la révolution informationnelle que nous vivons, font qu’il n’existe plus désormais de vérita bles limites à l’action locale. Celle-ci comporte de fait une dimension nationale, européenne et internationale.

 
Cette action locale a aussi des effets sur la préservation de la nature, de la bio-diversité et le devenir de la planète : la collecte et le traitement des déchets, la distribution et la consommation de l’eau , l ’utilisation des eaux de pluie et le traitement des eaux usées, la production et la consommation de l’énergie, l’aménagement du territoire lui-même…

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :