MUNICIPALES 2008 / Le PC dénonce la politique « rabougrie » de Franck Leroy

 

 
    « A Epernay, la politique de Franck Leroy n'est que le relais de celle du gouvernement. Il va même plus loin et plus vite. Lorsque Sarkozy annonce des suppressions de postes d'enseignants, le maire d'Epernay, lui, ferme des écoles. Il est temps de contrer cette politique qui broie l'individu, pour remettre l'individu au centre de la société ». Dominique Josse, nouveau secrétaire de la section locale du parti communiste, a décidé de frapper fort. Pas question de partir défaitiste. Bien au contraire, il entend à l'aube de ces nouvelles échéances municipales « rassembler les forces de gauche et mener une politique offensive. Il nous faut contrer le maire actuel et lutter contre sa politique rabougrie, prise par le bout de la lorgnette ».

    « Epernay est une ville qui a de la richesse. C'est indéniable, » reconnaît le secrétaire. « Seulement le maire fait peu et pas pour tous les habitants ».

Riposte

    Pour les élus communistes, présents en nombre sur la liste de Marc Lefèvre, l'heure est « à la riposte et au rassemblement à gauche, dans l'unité. Notre présence au sein de la liste de Marc Lefèvre et notre apport en terme de propositions pour le programme sont la garantie qu'une politique de gauche ambitieuse sera menée à Epernay ».

    Une « tout autre politique » qui entend favoriser « le logement, et pas seulement du standing comme c'est le cas aujourd'hui, une politique en faveur de l'emploi, de l'amélioration du cadre de vie, de l'environnement » et d'évoquer « une absence d'ambition » de l'équipe municipale actuelle, notamment en ce qui concerne l'épineux problème de la circulation.

    Odile Kopp, qui met fin à sa carrière politique, n'a d'ailleurs pas manqué de rappeler « que la municipalité conduite par Jacques Perrein avait lancé au début des années 80 les premières études et l'achat de terrains pour le contournement d'Epernay. Depuis, rien n'a avancé. La droite a vendu les terrains et 25 ans se sont écoulés. Aujourd'hui, Epernay souffre et le mot n'est pas trop fort : des bouchons, des retards, des camions qui passent au centre-ville, de la pollution. Et pour le budget 2008, rien n'est prévu. Il est grand temps que cela change ! ».

    Pour Raymond Galataud, qui sera dans l'opposition en cas d'échec aux municipales, tout comme Hélène Perrein, la fille de Jacques Perrein, l'important passe par une aide à l'implantation des jeunes en centre-ville. « Epernay perd des habitants. La municipalité est incapable de produire une politique permettant aux jeunes de rester, de s'implanter. Il n'y a plus de grands projets, plus d'ambitions. Les structures et les services publics ferment les uns après les autres. Seule une municipalité à l'écoute de ses habitants peut mener des actions et enrayer le déclin ».

Caroline Garnier

Article du Journal l'UNION du  15 janvier  2008  ( www.lunion.presse.fr )
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :