Voeux aux sparnaciens centrés sur l'avenir de l'hôpital.

L’avenir de l’hôpital public au centre des préoccupations lors des vœux présentés par Karine Jarry

 

 

 

Plusieurs dizaines de personnes se sont retrouvées le 23 janvier dernier pour la présentation des vœux de la section PCF d’Epernay en présence de Karine Jarry, Conseillère régionale de Champagne-Ardenne.

PIC_0111.JPG

 

Karine Jarry a fait part de préoccupations concernant le projet de « rapprochement » de l’hôpital public avec la clinique privée St Vincent.

 

Les éléments donnés au  Conseil d’administration de l’hôpital le 18 janvier dernier confirment par exemple que la gestion du bloc opératoire sera privée. Karine Jarry a mis en lumière le problème de la mise en concurrence des établissements, avec le pôle de santé Sézanne-Romilly-Nogent dont il apparaît que les urgences de l’hôpital de Sézanne risquent bien à terme d’être rattachées non plus à Epernay mais à Romilly-sur-seine. C’est au prix de conditions de travail dégradées pour les agents, d’heures supplémentaires, de grande rigueur sur les « dépenses » que « l’équilibre comptable » du budget 2007 a été obtenu. Il y a donc de l’inquiétude pour l’avenir. Enfin, après un discours sur l’élargissement de « l’offre des soins », depuis 3 ans à propos du rapprochement hôpital/clinique, M. Franck Leroy, président du Conseil d’administration est plus mesuré, parlant seulement aujourd’hui de « sauver » l’hôpital d’Epernay dans ce projet. Il estime que la concurrence est une chose acceptable, et que les populations pourront « choisir » entre le public et le privé pour se faire soigner. Or la politique gouvernementale actuelle, qui s’applique à Epernay comme ailleurs, réduit l’offre de soins dans le secteur public, met en œuvre les franchises médicales et envisage un nouveau plan « hôpital 2012 » après celui de « hôpital 2007 », qui a vu fermer en France des établissements de proximité, restructurer des services, appliquer une tarification pour « rentabiliser » le travail de santé, supprimer des emplois. Tout cela est très préoccupant et remet en cause une véritable égalité d’accès à la santé pour tous, quelques soit les moyens de chacun.

La vigilance reste essentielle, pour les agents et les usagers pour défendre notre hôpital à Epernay.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :